Le numérique s'immisce partout, du sport à l'immobilier





La digitalisation s'est fortement accrue dans de nombreux secteurs économiques, en lien avec le télétravail, les recommandations de distanciation physique et le confinement. Le retour au bureau, la réouverture des lieux culturels et de restauration, et la vaccination n'y changeront rien. L'accélération du digital est une tendance lourde.

Le développement des loisirs numériques en attestent, à l'image du succès de Fit immersion qui développe des parcours en réalité virtuelle pour la pratique du vélo en salle ou à la maison. La start-up fondée en 2017 à Montpellier voit actuellement sa technologie testée par le spationaute Thomas Pesquet à bord de la Station spatiale internationale.

Le dynamisme de la transformation numérique se confirme aussi dans l'éducation. Entre mars 2020 et début mai 2021, plus de 120 start-up de moins d'un an ont rejoint l'association EdTech France. Sa vice-présidente Svenia Busson cite comme réussites la start-up française We are peers (WAP) fondée par Diane Lenne - « un outil en ligne d'apprentissage entre pairs » pour les élèves ou collègues de travail - et la société belge Wooclap qui s'était illustrée en mars 2020 en lançant une plateforme permettant aux étudiants de bénéficier d'un accompagnement personnalisé et à distance de leur professeur.

Avec le télétravail, la formation, les outils de gestion des ressources humaines, les réseaux sociaux d'entreprise, etc. ont subi les mêmes évolutions pour créer et enrichir le lien à distance. Et parmi ces outils, le partage de savoir-faire entre collègues… « Un marché se créé dans le captage et la transmission de connaissances », remarque Franck Vermet. Dans le cadre d'un programme d'intrapreneuriat chez Safran, il a créé une application permettant à un opérateur d'enregistrer un savoir-faire sous la forme de vidéos, photos et points clés pour le rendre accessible à d'autres employés d'une usine.

Ce créneau du partage de connaissances est celui de la start-up Wingzy. L'année dernière, elle a lancé une plateforme utilisant l'intelligence artificielle pour relier un salarié ayant une question avec un collègue compétent pour y répondre. « Enormément de flux de savoirs sont informels habituellement en présentiel », justifie son cofondateur, Clément Dietschy, qui assure que, de septembre 2020 à mars 2021, Wingzy a multiplié par quatre son chiffre d'affaires mensuel et récurrent.

La santé est elle aussi impactée par la vague numérique, en particulier par les outils de réalité virtuelle. HypnoVR recourt à cette technologie afin de limiter la douleur et l'anxiété d'un patient au cours d'une opération. La start-up a annoncé en juin 2020 des financements supplémentaires à hauteur de 1,7 million d'euros pour accélérer son activité.

Quant à Avatar Medical, elle vient de boucler une première levée de fonds de 1,2 million d'euros, notamment auprès de l'Institut Pasteur. La jeune pousse parisienne développe une technologie de représentation en 3D et en réalité virtuelle des patients pour les besoins des chirurgiens et étudiants.

La crise sanitaire a également permis à Simango de valider son modèle. En avril 2020, la start-up rennaise a lancé une application mobile en complément de son offre de formations en réalité virtuelle sur la gestion des risques en santé. Objectif : former des soignants en une dizaine de minutes à des techniques anti-Covid comme la réalisation de tests. Gratuite, l'offre mobile a trouvé son public et pourrait à terme reposer sur des abonnements.

Fondée en 2018, Simango a certes connu un trou d'air l'an dernier. Elle n'a réalisé que 300.000 euros de chiffre d'affaires contre 500.000 attendus à cause de l'indisponibilité des soignants pendant la crise. Mais son cofondateur, Guillaume Maquinay, observe que l'adoption des outils numériques augmente. Simango compte désormais 125 établissements clients, contre une vingtaine seulement en début d'année dernière. Signe de sa vitalité, l'entreprise prépare une deuxième levée de fonds et veut grandir à l'international.

Dernier exemple, l'immobilier où, partout, le numérique se renforce. La start-up Habiteo s'est par exemple spécialisée dans la modélisation en trois dimensions et la visite virtuelle d'appartements afin d'optimiser la commercialisation de l'immobilier neuf.

François Marill confirme cette tendance. Il est le cofondateur d' Unlatch , une jeune pousse spécialisée dans la digitalisation du processus de vente également pour les programmes d'immobilier neuf. Il raconte que « beaucoup de prospects ont basculé » avec la crise sanitaire. Les promoteurs ont « élargi leur stock de programmes » sur la plateforme plus rapidement que prévu. Unlatch a ainsi enregistré une hausse de son chiffre d'affaires de 40 % en 2020 dans un contexte pourtant très difficile. Cette année, Unlatch a noué un partenariat avec une autre start-up, Kaliti qui propose aux promoteurs un outil de suivi de chantier. Disponible sur tablette et smartphone, il permet à l'acquéreur de signaler les défauts repérés et d'échanger avec les professionnels.

Enfin, dans le secteur des transactions entre particuliers, l'agence Hosman a elle aussi fortement numérisé le processus de vente. Opérationnelle depuis 2018, elle vient de boucler une levée de fonds de 6 millions d'euros.


http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/idees-de-business/0611060113170-le-numerique-s-immisce-partout-du-sport-a-l-immobilier-343823.php#xtor=RSS-117

Posts à l'affiche
Rechercher par Tags
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon