top of page

Synthèse Annuelle 2022 : l'IEOM annonce 3 défis pour 2023



L'IEOM vient de publier sa synthèse annuelle; elle dresse un bilan de l'année écoulé qui se conclue sur les défis annoncé pour 2023 : nickel, finances publiques et discussions politiques influenceront la trajectoire du caillou.




synthese_annuelle_nc_2022_etudes
.pdf
Télécharger PDF • 446KB

Résumé :


Si l’année 2021 ne fut pas celle du rebond avec une contraction du PIB estimée à 2,1 %, l’économie calédonienne présente en 2022 des signes de résilience dans un contexte de fortes tensions inflationnistes.

L’indicateur du climat des affaires (ICA) mesuré par l’IEOM progresse nettement et s’établit durablement au-delà de sa moyenne de longue période pour la première fois depuis 2012. En début d’année, l’économie calédonienne a en effet bénéficié d’un environnement exceptionnel de sortie de crise sanitaire, d’aboutissement du processus référendaire porteur de tensions et d’incertitudes, et de cours du nickel particulièrement favorables sur les marchés internationaux. Par conséquent, l’emploi privé a retrouvé son niveau d’avant crise dès le second trimestre avant d’atteindre un plus haut historique en milieu d’année. La consommation des ménages s’est révélée résiliente et les entreprises ont investi à des niveaux supérieurs à ceux qui prévalaient avant la crise. L’activité bancaire a donc été relativement soutenue, mais dans un contexte plus contraint (essoufflement de la collecte de dépôts et normalisation de la politique monétaire).

Ces bonnes tendances interviennent cependant dans un contexte de fortes inquiétudes : les pressions inflationnistes observées à l’échelle internationale n’ont pas épargné le territoire, même si leur ampleur a été atténuée en partie grâce aux mesures prises par les pouvoirs publics. La hausse des prix a affecté l’ensemble des agents économiques. Pourtant, les situations sectorielles sont encore une fois très contrastées. Au-delà du renchérissement du coût des intrants, le secteur primaire a été confronté à une pluviométrie exceptionnelle qui a durement affecté la production maraîchère. L’activité du secteur du BTP a stagné à des niveaux particulièrement faibles et les perspectives pour les mois à venir sont peu optimistes. Si l’activité touristique a nettement rebondi depuis l’arrêt total engendré par la pandémie, elle n’a pas encore retrouvé les niveaux qui prévalaient auparavant (le trafic aérien international de 2022 représente seulement 56 % de celui enregistré en 2019). Enfin, les acteurs du secteur du nickel ne parviennent pas à profiter pleinement de la bonne tenue des cours en raison de contraintes locales qui freinent la croissance de la production (intempéries pénalisant l’extraction de minerais, difficultés d’approvisionnement énergétique, problèmes sociaux).




Comments


Posts à l'affiche
Rechercher par Tags
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon
bottom of page